L'école Paris

Journée d'étude « Jeunes Chercheurs »

1ère édition
1er octobre 2019
9h-18h

LA JOAILLERIE DANS L’HISTOIRE

PROGRAMME

L’École des Arts Joailliers, avec le soutien de Van Cleef & Arpels, organise sa première journée d’études, le mardi 1er octobre 2019. Elle rassemble de jeunes chercheurs qui travaillent sur la joaillerie, selon une approche historique. Appelée à devenir un rendez-vous annuel, cette première édition valorise le dynamisme de la recherche en Master et en Doctorat autour des sujets joailliers. Les actes de la journée d’études seront publiés. Une seconde journée d’études, consacrée à la gemmologie, se tiendra à L’École le 9 janvier 2020.


OUVERTURE DE LA JOURNÉE D’ÉTUDES

9h-9h30    Nicolas Bos, Président et CEO de Van Cleef & Arpels
                 Marie Vallanet, Présidente de L’École des Arts Joailliers
                 Guillaume Glorieux, Directeur de l’Enseignement et de la Recherche


I. FIGURES HISTORIQUES

9h30-10h   Négocier la joaillerie au XVIIe siècle : Jean-Baptiste Tavernier (1605-1689), voyageur et marchand itinérant
Cécile Lugand, docteur en histoire de l’art, université de Rennes 2 – École des Arts Joailliers, enseignant-chercheur à L’École des Arts Joailliers

10h-10h30  Une source d’information sur le métier de joaillier au XVIIIe siècle : la correspondance de Louis-David Duval (1727-1788) à Saint-Pétersbourg
Vincent Chenal, docteur en histoire de l’art, université de Genève

10h30-11h  Pierre Sterlé : joaillier ou bijoutier, fabricant ou détaillant ? Réflexions sur la production et le statut d’un créateur et de sa Maison au XXe siècle
Marion Mouchard, étudiante en Master 2 d’histoire de l’art, Sorbonne-Université

11h-11h15  Pause


II. CRÉATIONS ET USAGES

11h15-11h45  Parures et bijoux dans les tombes royales et princières (1300-1500)
Morgane Langlois, étudiante en Master 2 d’histoire de l’art, Sorbonne-Université

11h45-12h15  Le bijou de scène ancien : un objet d’art méconnu
 Anaëlle Gobinet-Choukroun, doctorante en histoire de l’art, université de Strasbourg

12h15-12h30  Débats

12h30-14h      Déjeuner

14h-14h30      Du nécessaire à la Minaudière chez Van Cleef & Arpels durant la période Art déco : usage, évolution et techniques
Alix Ricard, titulaire d’un Master 1 en histoire de l’art, université Toulouse II – Jean Jaurès, étudiante en Master 2 Marché de l’art, université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

14h30-15h      La bijouterie-joaillerie à l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925
Florie Sou, titulaire d’un Master 1 en histoire de l’art, Sorbonne-Université, étudiante en Master 2 Droit du marché de l’art et du patrimoine artistique, université Paris 2 –  Panthéon Assas

15h-15h30       Marchands de perles : redécouverte d’une saga commerciale entre le Golfe Arabo-persique et la France à l’aube du XXe siècle
Léonard Pouy, docteur en histoire de l’art, Sorbonne-Université et université de Genève, enseignant-chercheur à L’École des Arts Joailliers

15h30-15h45   Pause


III. LA JOAILLERIE AU CROISEMENT DES ARTS

15h45-16h15   Quand le bijou se raconte : bijoux et littérature au XIXe siècle
Charline Coupeau, docteur en histoire de l’art, université de Bordeaux - Montaigne

16h15-16h45   La représentation des Bijoux dans les tableaux du XIXe siècle, du Second Empire aux années 1900
Camille Wattez-Lecourt, étudiante en Master 1 d’histoire de l’art, université de Rennes 2 – Haute Bretagne

16h45-17h15   Dialogues créatifs entre danse et joaillerie : les Ballerines Van Cleef & Arpels et leur contexte chorégraphique
Anne Poydenot de Pontonx, étudiante en Master 2 d’histoire de l’art, université de Paris-Nanterre

17h15-18h       Débats et conclusion



L'ÉCOLE DES ARTS JOAILLIERS

Fondée en 2012 avec le soutien de Van Cleef & Arpels, L’École des Arts Joailliers a pour mission de diffuser la culture joaillière auprès du public le plus large.

C’est une école d’initiation, ouverte à tous, sans prérequis. L’École s’adresse au néophyte comme à l’amateur éclairé, au collectionneur de bijoux comme au simple curieux. Depuis sa création, L’École a déjà accueilli plus de trente mille élèves, provenant d’une quarantaine de pays, âgés de 18 ans à 83 ans.

L’École propose des cours, dans trois grands domaines (l’histoire de l’art du bijou, le monde des pierres et les savoir-faire), elle organise également des conférences, publie des livres et des catalogues et organise régulièrement des expositions, à Paris et à l’étranger. Elle propose d’autres activités encore, telles que des ateliers créatifs pour les enfants et les adolescents, des rencontres avec des auteurs ou avec des commissaires d’exposition.

Une vingtaine de cours sont dispensés chaque mois en français, en anglais ou en chinois par une cinquantaine de professeurs, historiens de l’art, gemmologues, joailliers et artisans d’art. Les cours durent quatre heures, sont enseignés chacun par deux professeurs et rassemblent de six à douze élèves maximum, afin d’offrir des conditions d’apprentissage idéales. Il s’agit aussi de favoriser la convivialité, l’échange et le partage. Le programme est à la carte et chaque élève est libre de choisir un ou plusieurs cours, selon ses envies et sa curiosité.
Les cours sont fondés sur la pratique. Les élèves expérimentent les gestes, les savoir-faire et les outils, guidés par leurs professeurs. En histoire de l’art, ils ont le privilège d’admirer des bijoux anciens issus des collections de L’École et dans les cours sur les gemmes, d’observer des pierres à l’aide des instruments du gemmologue.

L’École est située à Paris dans hôtel particulier construit au début du XVIIIe siècle par l’architecte Jacques V Gabriel, l’hôtel de Ségur, à deux pas de la place Vendôme, coeur historique de la joaillerie française depuis plus d’un siècle. Dès son origine, L’École s’est ouverte à l’international, en se déplaçant à l’étranger en moyenne deux fois par an, en Amérique, en Asie et au Moyen Orient, à l’occasion de sessions nomades, qui durent de deux à trois semaines.
Cet automne, un deuxième campus permanent ouvre ses portes à Hongkong, dans le quartier de Western Kowloon, au coeur du design district. Face à la baie de Hongkong, au sein de K11 Musea, L’École se déploie dans un espace de lumière conçu et aménagé par l’architecte japonais Sou Fujimoto.
L’École contribue ainsi, à l’échelle internationale, au rayonnement de la culture joaillière.

Enfin, L’École est engagée dans la recherche : elle a ouvert plusieurs programmes de recherche, dont certains en lien avec de prestigieuses institutions (Muséum national d’Histoire naturelle et Comédie-Française notamment), a créé des bourses de Master recherche et initie ses premières journées d’études.

Crédit photos : L’Ecole des Arts Joailliers (sauf indication contraire dans la légende de la photo).