Expositions

L’École des Arts Joailliers présente LACLOCHE JOAILLIERS  

Pour la première fois, une exposition et un ouvrage rendent hommage à Lacloche,
maison de joaillerie emblématique en Europe de 1892 à 1967


À L’École des Arts Joailliers : une exposition du 23 octobre au 20 décembre 2019
Aux Éditions Norma : une monographie inédite à paraître le 18 octobre 2019



UNE EXPOSITION DU 23 OCTOBRE AU 20 DÉCEMBRE 2019

La Belle Époque de la maison Lacloche
La maison Lacloche fut l’une des gloires de la joaillerie parisienne, de la Belle Époque aux années 1960. Établie rue de la Paix en 1901, elle était également présente à Madrid et Londres et disposait de succursales à Nice, Biarritz, Saint-Sébastien, Cannes, Deauville.

Lacloche Frères, puis Jacques Lacloche, ont paré des têtes couronnées - la reine Victoria d’Espagne, Édouard VII d’Angleterre, les rois de Grèce et de Siam -, des personnalités de l’aristocratie, telle la duchesse de Westminster, ainsi que des stars d’Hollywood, dont Grace Kelly.

C’est la première fois qu’une exposition leur est dédiée. Elle est organisée alors que paraît l’unique monographie sur cette brillante famille de joailliers par Laurence Mouillefarine, également co-auteur de l’ouvrage.

À travers des bijoux, des pendules et pendulettes, des nécessaires de beauté - la spécialité des Lacloche - et des documents d’archives, la rétrospective illustrera, tour à tour, le naturalisme propre à l’Art nouveau, l’Egyptomanie et l’engouement pour l’Extrême-Orient au temps des Années folles, le modernisme de l’Art déco, la fantaisie séduisante des années 1950.

L’apogée de la maison Lacloche
Toutefois, le point d’orgue de cette rétrospective inédite sera l’évocation d’un événement devenu historique : l’Exposition internationale de 1925 qui se tint à Paris durant six mois. Une longue chasse aux trésors a, en effet, permis de retrouver, aux quatre coins du monde et auprès de collectionneurs privés, des joyaux que les frères Lacloche déployèrent sur leur stand lors de cette manifestation mythique. Des bracelets, des broches, des pendulettes, des boîtes qui, tous, éblouissent par leur élégance et la délicatesse de leur fabrication.

Commissariat scientifique
Laurence Mouillefarine, journaliste, spécialiste du marché de l’art, a collaboré avec Architectural Digest, Le Figaro Magazine, La Gazette Drouot, Madame Figaro.
Passionnée par la création de l’entre-deux-guerres, elle a été la co-commissaire de l’exposition « Bijoux Art déco et avant-garde » au musée des Arts décoratifs à Paris en 2009.
Elle est l’auteur, avec Véronique Ristelhueber, de Raymond Templier, le bijou moderne, la première monographie consacrée au joaillier (Éditions Norma, 2005). Raffolant des histoires de trésors trouvés dans les greniers, elle a écrit à quatre mains, avec Philippe Colin-Olivier, Vous êtes riches sans le savoir (Le Passage, 2012).


 

Du 23 octobre au 20 décembre 2019
Entrée libre du lundi au samedi de 12h à 19h

L’ÉCOLE DES ARTS JOAILLIERS
31, rue Danielle Casanova, 75001 Paris



 


UN BEAU LIVRE À PARAÎTRE LE 18 OCTOBRE 2019

L’histoire souvent méconnue de Lacloche Joailliers racontée dans un livre
Cette monographie est la première à retracer l’ascension stupéfiante de la famille Lacloche, qui débuta modestement rue de Châteaudun en 1892. Réputés pour leur élégance et le raffinement de leur fabrication, les modèles de Lacloche Frères, et de leur successeur, Jacques Lacloche, étaient conçus par les meilleurs ateliers parisiens, comme Strauss, Allard et Meyer, Verger, Helluin-Mattlinger, Langlois ou Rubel, auxquels cet ouvrage rend hommage. Deux albums de gouaches extraordinaires, inédits, illustrent les 63 bijoux et 21 pendules présentés par les frères Lacloche à l’Exposition de 1925.

Ouvrage sous la direction de Laurence Mouillefarine, commissaire de l’exposition à L’École des Arts Joailliers, et de Véronique Ristelhueber. Véronique est documentaliste et iconographe, spécialiste de l’architecture, du design et du paysage du xxe siècle. Son intérêt pour la joaillerie lui vient des dix années qu’elle a passées aux archives de la maison Cartier.

Beau livre publié aux Éditions Norma, réalisé avec le soutien de L’École des Arts Joailliers.
Parution : 18 octobre 2019
Prix : 60 €


  • Bracelet en diamants, onyx et rubis taillés en cabochons, 1925.
    Le premier propriétaire de ce bijou l’acquit auprès de Lacloche Frères lors de l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes à Paris en octobre 1925.
    LA Collection Privée. © 2019 Christie’s Images Limited


  • Boîte à cigarettes « Japonaise et arbre » en or et émail,
    Signée Lacloche Frères Paris. 1925.
    Fabrication de l’atelier Langlois.
    LA Collection Privée. David Fraga Photography


  • Bracelet en or, émail, rubis gravés,
    Fabriqué en 1938 par Lucien Girard pour Jacques Lacloche.
    Collection privée. Photo Benjamin Chelly.


  • Bracelet manchette en or blanc, or jaune, argent, cabochons de corail
    Signé J. Lacloche Cannes, 1937.
    LA Collection Privée. © Photo Luc Pâris


  • Broche formée d’un Epouvantail,
    en or, turquoise, rubis, saphirs, émeraudes, diamants.
    Collection privée. © Deweggis


  • Pendants d’oreilles, en rubis, émeraudes, diamants, platine, vers 1925.
    Collection privée. Photo Tony Falcone.

Crédit photos : L’Ecole des Arts Joailliers (sauf indication contraire dans la légende de la photo).