OCTOBRE 2018

Expositions

Bagues d’homme, Collection Yves Gastou, du 5 octobre au 30 novembre 2018

L’École des Arts Joailliers
présente


« Bagues d'homme
Collection Yves Gastou »

EXPOSITION DU 5 OCTOBRE AU 30 NOVEMBRE 2018



L’École des Arts Joailliers expose pour la première fois, du 5 octobre au 30 novembre 2018, l’époustouflante collection de bagues d’hommes d’Yves Gastou. L’exposition met en valeur 500 bagues allant des bagues de doges de Venise du XVIIe siècle à celles des bikers américains des années 1970, des bagues antiques de l’ancienne Égypte aux vanités du XIXe siècle ou des émaux du XVIIIe siècle aux bagues d’artistes contemporains...

Cette volonté de donner à voir le bijou sous toutes ses facettes, de lever le voile sur ces trésors peu connus est au cœur des missions de L’École :
«Occultée par l’apparat féminin, la bague masculine retrouve ici toute sa grandeur dans un foisonnement qui parle à l’œil, à l’âme et au cœur.»
    Marie Vallanet-Delhom, Présidente de L’École des Arts Joailliers.

Yves Gastou est une personnalité incontournable de Saint-Germain-des-Prés à Paris, quartier où il vit et exerce son métier d’antiquaire depuis plus de trente ans.
Antiquaire défricheur, il sera le premier de sa génération à confronter le mobilier français et italien des années 40-50-70 aux pièces emblématiques du design des années 80, de Sottsass, Mendini, à Kuramata.
Yves Gastou a constitué cette collection de bagues avec accumulation, frénésie, acharnement et prise de risques, depuis plus de trente ans, au gré à la fois de son parcours habituel de chineur (brocantes, ventes publiques, fonds de stocks de joailliers, fonds d’ateliers), mais également de ses voyages.
Yves Gastou est un artiste, sa collection est l’expression de sa créativité.

Riche de plus de mille bagues, d’époques et d’origines variées, la collection d’Yves Gastou relève d’une démarche qui, pour originale et personnelle qu’elle soit, s’inscrit dans une histoire du collectionnisme, vieille de plusieurs siècles.
Avec ses bagues antiques de l’ancienne Égypte, ses bagues de doges du XVIIe siècle ou de bikers américains des années 1970, l’ensemble tient autant du cabinet de curiosités des temps anciens que de la collection moderne.
Au croisement des cabinets anciens et des collections modernes, les bagues d’homme réunies par Yves Gastou montrent que la curiosité n’a rien perdu de son actualité ni de son attrait.

La joaillerie masculine se fait toujours l’écho d’une réalité sociale, politique, économique et artistique. Bien plus qu’un élément de parure, le bijou masculin est à la fois instrument d’affirmation du pouvoir, outil de communication et accessoire de mode.
Les différentes mutations de la société entraînent nécessairement des évolutions quant à l’usage des bijoux masculins et au rapport de l’homme avec la coquetterie.


C’est une collection à nulle autre pareille, car exclusivement vouée aux bagues masculines, que L’École des Arts Joailliers dévoile au public pour la première fois.
Les pièces les plus emblématiques de cette collection seront mises en valeur dans une scénographie imaginée par l’architecte d’intérieur Jérôme Thénot, qui restituera avec talent l’univers gothico-mystique d’Yves Gastou. Le choix des bagues sera représentatif des sept thèmes jalonnant la collection tout en illustrant sa diversité : néoclassique, chevalerie, gothique, religieux, vanités, ethnique, curiosités.



Entrée libre du 5 octobre au 30 novembre 2018
31 rue Danielle Casanova 75001 Paris
https://www.lecolevancleefarpels.com/fr/news/bagues-dhomme-collection-yves-gastou


Conférences « Bagues d’homme » à 19h30 :
11 octobre - Bagues d’homme, rencontre avec le collectionneur Yves Gastou
15 novembre  - Hommes à bijoux de la Renaissance à aujourd’hui


  • Affiche Exposition

    Affiche Exposition

  • ©Arnaud Carpentier

    ©Arnaud Carpentier

  • ©Arnaud Carpentier

    ©Arnaud Carpentier

  • ©Arnaud Carpentier

    ©Arnaud Carpentier

  • ©Arnaud Carpentier

    ©Arnaud Carpentier

  • ©Arnaud Carpentier

    ©Arnaud Carpentier

  • ©Arnaud Carpentier

    ©Arnaud Carpentier

  • ©Arnaud Carpentier

    ©Arnaud Carpentier

  • ©Arnaud Carpentier

    ©Arnaud Carpentier

  • ©Arnaud Carpentier

    ©Arnaud Carpentier

  • ©Arnaud Carpentier

    ©Arnaud Carpentier

  • ©Arnaud Carpentier

    ©Arnaud Carpentier

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©Bernard Saint-Genes

    ©Bernard Saint-Genes

  • ©BenjaminChelly/AlbinMichel

    ©BenjaminChelly/AlbinMichel

  • ©BenjaminChelly/AlbinMichel

    ©BenjaminChelly/AlbinMichel

  • ©BenjaminChelly/AlbinMichel

    ©BenjaminChelly/AlbinMichel

  • ©BenjaminChelly/AlbinMichel

    ©BenjaminChelly/AlbinMichel

  • ©BenjaminChelly/AlbinMichel

    ©BenjaminChelly/AlbinMichel

  • ©BenjaminChelly/AlbinMichel

    ©BenjaminChelly/AlbinMichel

  • ©BenjaminChelly

    ©BenjaminChelly

  • ©BenjaminChelly

    ©BenjaminChelly

  • ©BenjaminChelly

    ©BenjaminChelly

  • ©BenjaminChelly

    ©BenjaminChelly

  • ©BenjaminChelly

    ©BenjaminChelly

  • ©BenjaminChelly

    ©BenjaminChelly

  • ©BenjaminChelly

    ©BenjaminChelly

  • ©BenjaminChelly

    ©BenjaminChelly

  • ©BenjaminChelly

    ©BenjaminChelly

  • ©BenjaminChelly

    ©BenjaminChelly

Crédit photos : L’Ecole des Arts Joailliers (sauf indication contraire dans la légende de la photo).